SOCIÉTÉ

Coup de colère des agriculteurs et éleveurs victimes de la Sofipac


Mardi 20 Septembre 2016 à 11:55 | Lu 3806 fois

JUSTICE - Près de 300 professionnels du secteur primaire en Polynésie se fédèrent. Ils lancent un collectif pour mieux organiser leur défense...


William Bernier, ancien directeur de la société de conseil, lors du procès de la Sofipac en début d'année
William Bernier, ancien directeur de la société de conseil, lors du procès de la Sofipac en début d'année
Nouvel épisode dans la plus importante affaire d'escroquerie à la défiscalisation qu'ait connue le fenua. Une affaire d'escroquerie où près de 4 milliards de francs ont disparu.. et qui avait valu à William Bernier, ancien patron de la Sofipac, une condamnation à 5 ans de prison et 50 millions de francs d'amende en début d'année. 

Les faits se déroulent entre 2006 et 2007. La Sofipac partait à la rencontre des agriculteurs et éleveurs de Moorea, Tahiti, des Iles Sous le vent et des Tuamotu pour leur proposer une aide à la défiscalisation métropolitaine. Une procédure qui semblait normale pour ceux qui y ont souscrit...  jusqu'au mois dernier, où certains agriculteurs ont été convoqués devant le tribunal pour justifier de l'usage des fonds.  Certains ont reçu jusqu'à 8 millions d'aides en numéraire et en matériel. Coco Teraiharoa est agriculteur professionnel sur l'île soeur. Il a reçu 1,2 millions de Fcfp  : "Suite à cette histoire, on a suivi le procès de l'année dernière, et là, on est appelés à rembourser l'argent reçu. On nous dit que nous sommes des receleurs. Nous n'avons jamais été des receleurs ! Quelques amis doivent passer au tribunal le 5 et le 13 octobre, et on leur demande le remboursement total de cet argent. Ce n'est pas possible d'être condamné avec des peines. Surtout avec des agriculteurs, qui aujourd'hui, ont un certain âge, et qui n'ont jamais rien fait de mal dans leur vie. Aujourd'hui, ils se retrouvent devant un tribunal!"

Accusés de recel, les intéressés ont décidé de se défendre : "Je fais appel à tous ceux qui ont eu affaire à cette société : rejoignez-nous, allons tous ensemble défendre cette cause! Le jour où nous avons reçu cet argent là, on nous a pas dit qu'on était dans une affaire d'escroquerie. Nous, on ne veut pas de condamnation !"

Les effets néfastes de cette escroquerie de la Sofipac ont déjà un impact sur les familles des professionnels : un éleveur de porcs de Papara qui a vu ses comptes bloqués par la Justice, n'arrive plus à maintenir son activité et à nourrir sa famille. 
 
Rédaction web avec Brandy Tevero 

Interview de Coco Teraiharoa, agriculteur








Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 14:43 La Reine des Neiges truste les rayons

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard