SOCIÉTÉ

Combats de coqs : il n'y aura plus de nouveaux gallodromes

TRADITION


Vendredi 31 Juillet 2015 à 13:05 | Lu 760 fois

Vendredi matin, le Conseil constitutionnel a déclaré conforme à la Constitution l'article 521-1 du Code pénal qui "autorise des combats de coqs là où une tradition locale ininterrompue peut être invoquée", mais "interdit de créer de nouveaux gallodromes".


Photo d'illustration. Crédit Patco source : Pinterest
Photo d'illustration. Crédit Patco source : Pinterest
En France, les combats de coqs sont autorisés dans le Nord-Pas-de-Calais, à la Réunion, en Guyane, dans les Antilles et en Polynésie. Ailleurs, ils sont interdits et les contrevenants s'exposent à deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. 

Le 21 juillet, le Conseil Constitutionnel a été saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) pour juger s’il est légal ou non d’ouvrir de nouveaux espaces destinés aux combats de coqs. Cette QPC a été posée par  Fabienne Lefèvre, avocate au barreau de Saint-Denis de la Réunion.

En 2012, deux Réunionnais ont ouvert un gallodrome clandestin à Sainte-Marie, à La Réunion. Les deux hommes ont été poursuivis en justice et encourent jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende (plus de 3 millions de Fcfp).

Me Lefèvre jugeait que l'interdiction de créer de nouveaux gallodromes établit une différence de traitement significative avec la corrida. La loi n'interdit pas la construction de nouvelles arènes. 
Cette accusation de rupture d’égalité devant la loi entre les combats de coq et les courses de taureaux a été rejetée par le Conseil constitutionnel.

Pas de nouveaux gallodromes, plus d'avenir pour les combats de coqs ? 







Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard