SOCIÉTÉ

Christian Vanizette : un exemple pour la jeunesse polynésienne


Mercredi 14 Octobre 2015 à 15:10 | Lu 339 fois

MAKE SENSE - La plateforme de Christian Vanizette a remporté le 2e prix du public grâce à la mobilisation des internautes et notamment des Polynésiens. Make Sense réalise déjà 120 millions de Fcpf de chiffre d’affaires après 5 ans d’existence.


Crédit : Présidence de la Polynésie française
Crédit : Présidence de la Polynésie française
Make Sense n’a pas remporté le Google Impact Challenge mais ce concours organisé par le moteur de recherche lui a permis de gagner en notoriété. Envolé, le rêve des 60 millions de Fcfp promis au gagnant, mais son entreprise sociale Make Sense a quand même empoché près de 24 millions de Fcfp.
 
La presse nationale l’a élevé au rang des pépites du net. Et la Polynésie le reconnaît comme un exemple.
Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, accompagné des députés polynésiens, Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva, a visité ce mercredi après-midi à Paris, l’incubateur de MakeSense. L’association, cofondée par Christian Vanizette, pour aider les entrepreneurs sociaux, s’est classée deuxième pour le prix du public lors du dernier Google impact challenge.
 
"Nous sommes venus soutenir ce jeune entrepreneur polynésien. Ce qui est important, c’est que son action stimule les jeunes à créer, à imaginer sur notre territoire. Aujourd’hui, le modèle économique classique ne suffit plus à la société pour se développer", a estimé Edouard Fritch au terme de la visite des locaux parisiens de MakeSense, abritant sur deux étages, une cinquantaine de personnes, employés de l’association, bénévoles ou porteurs de projets.
 
Le président et les députés, très fiers de Christian Vanizette, ont rappelé que toute la Polynésie avait soutenu le Tahitien lors du dernier Google impact challenge. Cette visite était pour eux l’occasion de venir féliciter toute l’équipe et de se sensibiliser à l’économie sociale et solidaire, dans le domaine de laquelle il existe un potentiel en Polynésie française.
"Il faut profiter de l'expérience de ce Polynésien. A nous derrière, de faire de la création et de créer de l'emploi", a déclaré Edouard Fritch.
 
Créée en 2011, Make Sense réunit aujourd’hui 45 employés et 20 000 bénévoles dans 45 pays. En 4 ans, l’association qui entend regrouper 300 000 bénévoles en 2018 et 1 million en 2020, a soutenu plus de 1100 entrepreneurs sociaux. Christian Vanizette souhaiterait créer prochainement une structure similaire sur le fenua.
 
Mais avant cela, il doit convaincre d’autres marques d’investir dans ses projets. Il a déjà un rendez-vous avec Facebook, le numéro un des réseaux sociaux.
Rédaction web avec communiqué ( Reportage d'Eric Dupuy et Yvan Forestier)

Le reportage









Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 17:32 L'hôpital du Taaone aura bientôt une chapelle

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard