SOCIÉTÉ

Chikungunya : les enquêtes ont débuté


Mercredi 20 Mai 2015 à 16:44 | Lu 217 fois

Santé. Ces enquêtes ont pour objectif d'anticiper sur d'autres épidémies et d'évaluer le nombre de personnes présentant des formes chroniques persistantes.


Deux enquêtes sur le chikungunya, organisées par la direction de la Santé, ont débuté lundi. La première est une enquête en population générale qui se déroulera sur tout Tahiti et plusieurs îles. Des enquêteurs passeront au domicile de personnes tirées au sort afin de les interroger sur la maladie.
La seconde est une enquête téléphonique auprès d'une population confirmée biologiquement pour le virus du Chikungunya et chez qui l'on recherche la fréquence d'apparition des formes subaigües et chroniques.

Les objectifs ? "Mieux comprendre ce qui s'est passé durant l'épidémie de chikungunya pour anticiper sur de possibles autres épidémies, d'une part. Et d'autre part, le but est de mieux suivre les personnes qui ont encore des douleurs suite au chikungunya. On sait qu'il y a des formes chroniques persistantes. On veut évaluer le poids dans la population pour essayer d'y faire face", explique le docteur Henri Pierre Mallet, responsable du bureau de veille sanitaire. 

Le dernier chiffre était de 69 000 personnes ayant consulté pour le chikungunya au fenua. "Il y en a beaucoup plus évidemment qui ont été malades. Cette enquête va nous permettre de le dire. En tout cas pour ceux qui ont eu des signes cliniques. Ensuite, il y aura peut-être une enquête sur le sang, pour voir réellement ceux qui ont été infectés. On sait qu'il y a quelques personnes qui ont pu être infectées et ne pas avoir eu de signes", précise le docteur. 

Le responsable du bureau de veille sanitaire détaille le déroulement des enquêtes : "Des personnes vont être interrogées, soit en face à face, soit par téléphone. En face à face, cela va être des personnes tirées au sort dans toute la population, qu'ils aient eu ou non le chikungunya. Les personnes qui ont eu une prise de sang, qui ont confirmé le chikungunya, seront, pour certaines, tirées au sort, et  rappelées pour savoir si les douleurs persistent". 

La population doit donc s'attendre à être interrogée. Mais pour ceux que cela inquiéterait, les questionnaires resteront anonymes. 
"Les enquêteurs ne sont pas des gens de la direction de la Santé. Ce sont des gens formés par la direction de la Santé avec des questions validées avec nous, confidentielles. Les questionnaires sont totallement anonymes", précise Henri Pierre Mallet. "Il y aura une équipe de cinq ou six enquêteurs pour Tahiti et Moorea, plus des enquêteurs dans quelques îles pour compléter le travail."


Tags : santé





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 11:38 Huit lettres pour montrer sa solidarité

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard