SOCIÉTÉ

CPS : "il n'y a que le président du Pays qui puisse régler le problème"


Mercredi 25 Mars 2015 à 15:38 | Lu 282 fois

Social. La grève continue


Toujours pas de négociations prévues au second jour de la grève à la Caisse de prévoyance sociale (CPS). La direction refuse toute rencontre temps que les grévistes maintiennent leur piquet de grève.

Pour Ronald Terorotua, membre de O oe to oe rima, "il n'y a que le président qui puisse régler le problème". "Nous sommes en train de discuter pour qu'une délégation puisse se rendre directement à la présidence et trouver un moyen de rencontrer le président", explique-t-il. 
Le syndicaliste souhaite que les grévistes soient entendus. D'autant plus que, selon lui, "ce qui est grave aujourd'hui c'est que le président du gouvernement ait entendu l'autre partie, par le biais de Tapeta peut-être  ou du directeur, ou le président du conseil d'administration de la CPS. On demande tout simplement qu'il nous écoute autant et qu'il prenne une décision après", déclare Ronald Terorotua. 

Dans un communiqué, la CPS "rappelle que les accès au siège de Mamao sont bloqués par les grévistes et des personnes extérieures empêchant les agents non grévistes d'accéder à leur poste de travail ( estimé à plus de la moitié du personnel).
Pour la sécurité de nos outils de travail et bases de données, le bâtiment est placé sous la surveillance de notre service de gardiennage."






Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard