SOCIÉTÉ

CCISM : "la remontée de la franchise postale constitue un danger"


Vendredi 27 Novembre 2015 à 18:09 | Lu 466 fois

ÉCONOMIE - Dans un contexte difficile pour les entreprises polynésiennes depuis plusieurs années, la CCISM tient à confirmer que la remontée de la franchise postale constitue un danger pour la survie de ses commerçants. Elle ne la cautionne absolument pas.


Selon Stéphane Chin Loy, le président de la Chambre de commerce des services et des métiersla remontée de la franchise de 20.000 Fcfp à 30.000 Fcfp ne contribuera certainement pas à faire remonter les finances du Pays mais profitera exclusivement aux particuliers qui pourront acheter sur Internet leurs cadeaux de fin d’année.

Hors, depuis des années, les entreprises polynésiennes tout particulièrement les plus petites et les commerçants font face à des difficultés de plus en plus grandes pour assurer le maintien de leur chiffre d’affaires, de leurs marges et par extension le maintien de leurs employés.

Ne perdons pas de vue que les commerçants doivent payer des taxes, des droits d’entrée, des charges et des impôts pour continuer à exister face à une consommation des ménages en berne. Les dernières statistiques nous indiquent par ailleurs que la consommation des ménages n’est pas au rendez-vous, alors pourquoi favoriser la consommation des particuliers hors de Polynésie sur des plateformes d’achat en ligne ?

N’oublions pas non plus que nos entreprises et nos commerces font également vivre le budget de la Polynésie française et maintiennent les emplois salariés. L’incitation d’achats hors Polynésie ne pourra avoir comme seul effet que de détruire encore un peu plus nos commerces et nos emplois.

Le débat sur la franchise fiscale est donc une question de fonds qui divise et continuera de diviser la société polynésienne mais ce que nous retenons au final, c’est qu’une décision politique peut être prise rapidement au sein de l’Assemblée de la Polynésie française avec des conséquences désastreuses pour nos commerçants.

La CCISM recommande donc qu’une décision soit prise de la même façon à l’Assemblée de la Polynésie française sur le projet de Loi de Pays en faveur de la protection du patrimoine familial de l’entrepreneur polynésien afin de l’aider à  faire face à la situation difficile de ces dernières années qui manifestement ne s’améliorera pas avec la remontée de la franchise postale (ce projet de loi de pays ayant reçu un avis favorable au CESC en mars 2015).
 
d'après Communiqué de presse







Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:53 Le miel local passé au crible

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard