POLITIQUE

Bientôt les Etats Fédérés de Maohi Nui ?


Lundi 18 Janvier 2016 à 16:12 | Lu 1218 fois

INDÉPENDANCE - Oscar Temaru souhaite faire de la Polynésie des États fédérés. Comment compte-t-il y arriver ? Quelles sont les caractéristiques de ce système ? Décryptage avec Sémir Al Wardi :


Le leader indépendantiste Oscar Temaru est candidat à l'élection présidentielle de 2017... et souhaite transformer la Polynésie française en "États fédérés de Maohi Nui". Dimanche 17 janvier, il était l'invité du journal de Tahiti Nui Télévision (TNTV).   Pour lui, le but n'est pas de se faire élire, mais bien de "profiter de ce temps médiatique important pour informer notre population". "En 2017, cela va faire 40 ans de gestion d'autonomie", a-t-il expliqué sur le plateau de TNTV. Oscar Temaru critique le statut de la Polynésie. Son but ultime ne change pas : il souhaite faire de la Polynésie française "un État souverain". Il a également souligné : "Monsieur Édouard Fritch n'est pas le président de la Polynésie française, il est le président du gouvernement de la Polynésie française". 
Sémir Al Wardi, politologue, précise que c'était vrai jusqu'en 2004. Mais depuis le statut de 2004, le président est bien "président de la Polynésie française". 


Osacr Temaru veut donc être "président de la Polynésie, de Maohi Nui" et surtout, il souhaite mettre en place les "États fédérés de Maohi Nui". "Il y aura un État fédéral avec les États fédérés -les Marquises par exemple- des 5 archipels (...) Et donner les moyens financiers, humains", a déclaré Oscar Temaru. 
Sémir Al Wardi explique :  "c'est une organisation, mais il faut savoir que cette organisation est particulière parce qu'il y a une constitution fédérale, des institutions fédérales qui seraient à Papeete. Mais cela veut dire que dans chaque archipel, il y aurait une constitution, des assemblées, un exécutif, des administrations..."


Pour arriver à mettre en place cet État fédéral, Oscar Temaru estime que "si, en Polynésie, la majorité des électeurs votent pour moi, on pourra alors parler d'autoproclamation de l'indépendance". 
Sémir Al Wardi nuance : pour que la Polynésie française devienne indépendante, il faudrait que "la majorité absolue de la population réclame l'indépendance".  "Le Conseil constitutionnel est formel : il faut un référendum très précis avec une question très précise sur l'indépendance de la Polynésie française. On ne peut pas dire qu'une élection vaut référendum d'autodétermination sauf si (...) l'État le dit au préalable", déclare le politologue. Ensuite, "si la Polynésie française décide de devenir indépendante (...), dans ce cas-là c'est aux Polynésiens de décider du mode d'organisation : État unitaire ou État fédéral."
 

Rédaction Web (Interviews : Manava Tepa et replay journal du 17 janvier)

Sémir Al Wardi, politologue


Oscar Temaru dans le journal du dimanche 17 janvier 2016







SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard