SOCIÉTÉ

Arue veut transformer les terrains militaires en pôle économique


Lundi 25 Janvier 2016 à 17:41 | Lu 603 fois

ECONOMIE - Du nouveau dans le projet de rétrocession des terres de l'Etat aux communes. Au mois de Juin, la ville de Arue pourrait devenir propriétaire de 3 hectares sur l'actuelle caserne militaire. Une parcelle proche de la zone d'activités industrielles de la commune et qui sera aménagée en pôle de développement économique.


Les hangars de la zone militaire de Arue. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Les hangars de la zone militaire de Arue. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Pour l'heure, il n'y a pas d'activités importantes sur le terrain de la caserne militaire de Arue. Restent des entrepôts vides, d'anciens bureaux et des hangars. Dès que la commune prendra possession des lieux, des études complémentaires seront lancées pour dépolluer le site. "Concernant cette partie dépollution, les deux questions qui restent en suspend aujourd'hui sont combien va coûter la dépollution notamment à l'amiante, et quelle va être la durée des travaux de dépollution", souligne le maire de Arue Philip Schyle. Après les études et la dépollution, suivra la mise en place d'un Business plan.

Le projet de réaménagement et de re-dynamisation du site pourra alors démarrer. Celui de la ville de Arue coûtera plus 220 millions de Fcfp. La commune devra couvrir 30% du financement. Un pôle de développement économique est en projet. "En 2009-2010, une centaine de porteurs de projets avaient répondu à l'appel à candidatures que nous avions lancé. Entre temps, un certain nombre de projets ont été retirés, un certain nombre d'autres porteurs nous ont demandé à reformater leur projet. En fait, dans les mois à venir nous allons devoir lancer un nouvel appel à candidatures pour avoir une visibilité plus claire sur les projets qui seront implantés à Arue", explique le maire. 

Les entreprises de la place et les habitants avoisinants le site, attendent avec impatience la réalisation du projet. "Je trouve que c'est très intéressant parce que depuis que le RIMaP-P est parti, l'activité a beaucoup baissé (...) J'espère que ça va se faire parce que pour l'instant ce n'est pas encore signé. Arue a besoin de ça", témoigne René, gérant d'une station-service. 
Certains habitants soulignent tout de même qu'ils ne veulent pas de logements sociaux. "J'espère que monsieur le maire a pris de bonnes dispositions. Surtout, ne pas construire de logements sociaux et aggraver tous les problèmes de vol récurrents de la commune", lance Francis propriétaire terrien, au micro de Tahiti Nui télévision. 


Redaction Web avec Brandy Tevero

Phylip Schyle, maire de Arue


René, gérant d'une station-service.


Francis, propriétaire terrien à Arue








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard