SOCIÉTÉ

Aménagements de la Taharuu : les associations pas rassurées

PAPARA


Mardi 28 Juillet 2015 à 15:57 | Lu 392 fois

La première réunion du comité de suivi a eu lieu ce mardi en présence des syndicats et associations.


Ce mardi a eu lieu la première réunion du comité de suivi de la Taharuu. L'occasion pour les associations et les syndicats de s'exprimer et de donner leur avis. Depuis l'année dernière, le pays effectue des travaux d'aménagement de la rivière. Il s'agit notamment de sécuriser les berges de la Taharuu.

Mais ce qui inquiète les associations de protection de l'environnement, c'est l'extraction. "Sécuriser les berges par des renforcements, oui. Mais extraire... (...) C'est une carrière. Pour moi, ça reste une carrière déguisée", déclare Claudine Tuarau, présidente de l'association Ia Ora Taharuu. "Une rivière n'est pas une carrière", ajoute-t-elle. Claudine Tuarau reproche également au Pays la manière dont sont effectuées les extractions : "Nous avons signalé à la Diren (direction de l'environnement, NDLR) et même au ministère que certains engins n'étaient pas en état de travailler. Ils avaient des fuites d'huile. Pour faire sortir ces engins, on a dû quand même faire un blocage de quelques heures. Nous ne savons pas quelles sanctions ont été prises."

De son côté, le ministre de l'Aménagement, Albert Solia estime avoir toujours été à l'écoute. "Je rappellerais simplement que j'ai toujours été à l'écoute. Mais on ne peut pas non plus faire des chantiers de cette importance sans qu'il y ait certaines nuisances. Ces nuisances, ça va de l'eau un peu chocolat qui descend en bas de la rivière, le bruit, etc. Et quand il y a des bêtises des entreprises, on va les sanctionner. Mais si on ne fait rien, on ne se trompe pas. Quand on fait quelque chose, il y a toujours quelques dégâts", estime Albert Solia.
Et sur l'utilisation des matériaux extraits, le ministre est ferme : "On sortira les matériaux. On ne peut pas les laisser là pour des intérêts privés. Ils sortiront pour des intérêts publics parce que ce qui est dans la rivière appartient au pays."

C'est la première fois que le gouvernement rencontre les associations et syndicats pour discuter des travaux de la Taharuu. 
 

Albert Solia, ministre de l'Equipement, de l'Aménagement et de l'Urbanisme


Claudine Tuarau, présidente de l'association Ia Ora Taharuu



Tags : Papara, Taharuu





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 14:43 La Reine des Neiges truste les rayons

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard