FAITS DIVERS

10 jours d'ITT pour une élue de Bora Bora agressée après un conseil municipal


Mardi 30 Mai 2017 à 18:41 | Lu 17704 fois

SÉCURITÉ - Sylvana Estall, figure politique des Raromatai, a été prise à partie par un homme qui l'attendait à la sortie d'un conseil municipal. L'élue est choquée et a porté plainte.


10 jours d'ITT pour une élue de Bora Bora agressée après un conseil municipal

Sylvana Estall est une élue très connue de l'opposition au conseil municipal de Bora Bora. Elle est également membre du Conseil des femmes. Samedi 27 mai, à la mi-journée, alors qu'elle sort d'une réunion du conseil municipal, un homme, présent dans le public, et qui  l'attendait à la sortie, l'a rouée de coups.
 
"Juste au niveau de l'entrée du bureau de la secrétaire de la commune, j'ai été agressée par cet invité qui a participé tout au long du conseil municipal. J'ai reçu un coup assez fort sur la tête. je ne suis pas tombée, mais le temps que je me remette, je l'entendais parler, je l'entendais crier" 
 
L'élue se réfugie alors dans la salle du conseil. Jordan Fabrice, l'un des membres de l'équipe municipale, rejoint par deux autres personnes sur place, l'a secourue : "Je suis en train de prendre mon repas dans la salle du Conseil Municipal lorsque Sylvana arrive en courant et traumatisée. Elle m’explique qu'elle vient de se faire frapper à la tête par son agresseur. Effectivement elle est poursuivie par l’homme qui fait irruption dans la salle : il me confirme l’avoir frappée et veut la frapper encore. J’arrive à le calmer en discutant, mais il y a besoin que d’autres personnes interviennent pour qu’il s’en aille", raconte Jordan Fabrice.
 
L'agresseur lui reprochait la publication de photographies liées à un problème d'indivision foncière.

Une plainte a été déposée. L'avocat de Sylvana Estall, maître Grattirola, réclame des dommages et intérêts à l'agresseur, mais surtout une décision sévère. Plusieurs élus de l'opposition ont demandé au maire, Gaston Tong Sang, de réagir à la montée de la violence qu'ils observent sur l'île. 

Sylvana Estall, elle, considère que cette agression est "le reflet de la situation de violence existant actuellement à Bora Bora". Se déclarant inquiète pour ses proches, l'élue estime que suite "à cet acte prémédité" elle ne se sent plus tranquille, et que l'agression qu'elle a subi, "nuit à l'image de Bora Bora."
 
Rédaction web avec M.Pierron 
 








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Novembre 2017 - 10:06 Crash d'Air Moorea : un procès en 2018

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017